Comment utiliser les huiles essentielles contre les infections virales après le déconfinement ?

Publié le 9 mai 2020

par Chantal Chapalain, Naturopathe à Nantes.

Huile essentielle d'Eucalyptus radié pour ses propriétés antivirales
Huile essentielle d’Eucalyptus radié

L’aromathérapie est la star des solutions de santé naturelle. Ses petits flacons odorants évoquent tout de suite bien-être et forme. Peut-être en avez-vous déjà toute une collection chez vous. Peut-être votre intérêt est-il plus récent et lié à l’actualité. Quoi qu’il en soit, les huiles essentielles ont des propriétés antibiotiques et anti-virales reconnues. Les huiles essentielles sont composées de plusieurs molécules, ce qui leur permet d’agir sur une grande variété d’agents infectieux. Elles ont donc tout à fait leur place dans votre armoire à pharmacie en ce moment. Voici alors ce qu’il faut savoir pour les utiliser en toute sécurité en cette période de déconfinement.

Les précautions à prendre avec les huiles essentielles

Avant de vous lancer avec enthousiasme dans l’aromathérapie, il existe quelques précautions à respecter. Les huiles essentielles sont des concentrés de principes actifs.
Il faut généralement plusieurs kilogrammes de feuilles ou de fleurs d’une plante donnée pour extraire l’équivalent d’un petit flacon de 10 ml. Ce qui fait leur efficacité, peut donc aussi les rendre nocives si elles sont mal employées.

Les voies d’utilisation des huiles essentielles

On n’utilise pas une huile essentielle en interne, sauf recommandation précise d’un médecin ou d’un thérapeute. La voie cutanée est la meilleure, mais on n’utilise pas une huile essentielle pure sur la peau. Il faut la diluer dans une huile végétale.

Avant toute utilisation, il est recommandé d’effectuer un test cutané. Déposez une goutte de l’huile à tester au creux de votre coude, et attendez 24h. La présence d’une rougeur indique une sensibilité au produit testé. L’huile essentielle en question ne doit donc pas être utilisée.

Les personnes à risque

Sauf mention contraire, les huiles essentielles sont déconseillées aux femmes enceintes de moins de 3 mois, aux femmes allaitant des nourrissons de moins de 3 mois, à ces mêmes nourrissons de moins de 3 mois, ainsi qu’aux asthmatiques et aux épileptiques, ou à toute personne souffrant de maladie chronique.

Si vous ne faites pas partie de ces catégories, renseignez-vous quand même sur les conditions d’utilisation des huiles que vous achetez. Certaines sont par exemple déconseillées aux enfants de moins de 6 ans, d’autres sont à réserver exclusivement aux adultes…

Lorsque vous êtes malade, ou que vos enfants sont malades, des précautions supplémentaires s’imposent. Si vous constatez une fièvre supérieure à 38, des troubles respiratoires, une aggravation des symptômes, une absence nette d’amélioration après 2 ou 3 jours, appelez votre médecin !

Une polémique sur l’emploi des huiles essentielles en période d’épidémie ?

Vous avez peut-être lu ou entendu dire que l’usage des huiles essentielles est déconseillé en ce moment. Il y a plusieurs raisons à cela.

D’une part, certaines huiles essentielles contiennent des molécules anti-inflammatoires proches des AINS, des anti-inflammatoires soupçonnés d’aggraver les symptômes du Covid-19. La plus connue de ces huiles est la gaulthérie odorante, riche en salicylate, un composé que l’on retrouve dans l’aspirine.

D’autre part, l’emploi, en prévention, de produits immunostimulants, tels certaines huiles essentielles, est déconseillé. Un tel usage pourrait avoir l’effet complètement inverse du résultat escompté. Autrement dit, cela finirait par entraîner un effondrement du système immunitaire, trop stimulé. En période d’épidémie, ce n’est pas l’idéal.

Cette mise en garde concerne un usage particulier des huiles essentielles : la cure préventive sur une longue période. La prise ponctuelle, pour faire face à une infection n’est pas concernée, d’autant plus que vous respectez les précautions indiquées au début de l’article.

Enfin, certains professionnels de santé redoutent que l’usage d’huiles essentielles, en auto-médication, ait pour effet de masquer des symptômes et de retarder la prise de rendez-vous chez le médecin. Pour éviter cela, il convient donc d’être particulièrement vigilant. Si vous constatez une fièvre supérieure à 38, des troubles respiratoires, une aggravation des symptômes, une absence nette d’amélioration après 2 ou 3 jours, appelez votre médecin !

L’aromathérapie anti-virale

Maintenant que vous savez tout sur les précautions à prendre avec les huiles essentielles, il est temps de rentrer dans le vif du sujet. J’ai sélectionné pour vous quelques huiles anti-virales simples à utiliser.

Les huiles anti-virales à usage familial

J’ai une bonne nouvelle pour vous. Certaines huiles conviennent quasiment à toute la famille, hormis les cas mentionnés ci-dessus. Elles sont utilisables dès le troisième mois de grossesse et les trois mois des nourrissons, en adaptant les doses et en prenant les précautions d’usage.

L’huile essentielle de ravintsara est l’huile anti-virale la plus connue. Certaines pharmacies ont même subi des ruptures de stock au début du confinement ! Cette huile n’est pas simplement anti-virale. Elle est aussi anti-bactérienne, stimule le système immunitaire, et facilite l’expectoration. Elle ne doit pas être utilisée plus d’une semaine d’affilée à cause de ses propriétés immuno-stimulantes.

L’huile essentielle de tea-tree complète parfaitement l’action du ravintsara. Elle est anti-bactérienne, anti-virale, immunostimulante et convient même aux asthmatiques. Comme l’huile essentielle de ravintsara, son emploi ne doit pas durer plus d’une semaine.

L’huile essentielle d’eucalyptus radié vient parachever ce trio de choc. Elle est anti-virale, anti-bactérienne et expectorante. Il ne faut pas confondre l’eucalyptus radié et l’eucalyptus globulus. Ce sont deux espèces différentes, qui produisent des huiles aux propriétés également différentes.

Ces huiles essentielles sont d’autant plus efficaces qu’elles sont utilisées en synergie, c’est-à-dire en mélange.

L’aromathérapie anti-virale pour les adultes experts

L’huile essentielle d’origan compact est antivirale, anti-bactérienne et stimulante. Elle favorise la décongestion des voies respiratoires. Son usage est réservé aux adultes, et à petite dose. Pas plus d’une goutte à la fois, diluée dans 9 gouttes d’une huile de massage, à appliquer 3 fois par jour. Vous pouvez aussi la diluer dans un mélange d’autres huiles essentielles, à condition de respecter la proportion d’une goutte d’origan pour 9 gouttes.

L’huile essentielle de thym à thymol présente les mêmes propriétés que l’huile essentielle d’origan compact. Elle doit être utilisée avec les mêmes précautions. Ces deux huiles ne possèdent pas les mêmes principes actifs. Elles sont donc complémentaires dans le cadre d’une utilisation contre un large spectre d’agents infectieux.

utiliser les huiles essentielles contre le virus

Comment utiliser les huiles essentielles ?

Vous avez toujours rêvé de préparer vos propres potions ? Alors, c’est l’instant patouille ! Vous pouvez mélanger vos huiles essentielles avec une huile de massage dans une coupelle, au moment où vous les utilisez. Il est aussi possible de réaliser un mélange de plusieurs huiles dans un même flacon. Choisissez des huiles aux propriétés complémentaires.

Pour un usage familial, vous pouvez mélanger le ravintsara, le tea-tree et l’eucalyptus radié en quantités égales. Si vous souhaitez inclure le thym à thymol ou l’origan compact dans votre mélange respectez bien les proportions de dilution. Chacune de ces deux huiles n,e doit pas représenter plus de 10 % du mélange total.

Demandez à la pharmacie un flacon en verre teinté avec bouchon compte-goutte. Préparez des étiquettes indiquant la composition de votre mélange. Versez les huiles essentielles choisies directement dedans. Appliquez le mélange 3 fois par jour sur le sternum, le haut du dos et les poignets, dans une huile de massage.

Voici les doses à respecter pour l’application :

  • bébé jusqu’à 1 an : 1 goutte d’huiles essentielles par application (d’où l’intérêt de mélanger plusieurs huiles)
  • enfants entre 2 et 4 ans : 2 gouttes par application
  • enfants à partir de 6 ans et adultes : jusqu’à 6 gouttes par application.

Vous voulez rester en bonne santé après le déconfinement ? C’est un vaste programme qui suppose aussi de s’alimenter correctement, de conserver une activité physique et de s’accorder des moments de répit.
Pour savoir par où commencer, vous pouvez consulter mon blog, vous y trouverez toutes les informations dont vous avez besoin : https://byebyefatigue.fr/blog/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *