Comment bien profiter des fêtes sans trop abuser ?

Publié le 3 décembre 2021

La solution Lor’ali :

Ne pas trop réfléchir les deux jours de Noël pour se faire plaisir sans frustration mais manger sainement le reste du temps. Alors pourquoi deux jours ? Car Noël et les gros repas qui vont avec ne doivent pas durer toute la semaine voire les deux semaines de vacances que l’on peut avoir.

Pour les personnes qui reçoivent chez eux : tout en faisant plaisir, vous pouvez faire un apéritif mais pas d’entrée. Dans ce cas, servir à ce moment-là des huîtres et des petits toasts de foie gras. D’une part, vous ne serez pas obligé d’en manger, ce sera moins voyant que de ne pas se servir à table et vous pourrez manger plus d’huîtres et de légumes que de foie gras.

De plus, on sert souvent du fromage lors du repas mais il est bien entendu superflu. Est-ce qu’il ne peut pas plutôt faire office de repas pour le soir ou le lendemain midi ? En ne mangeant que cela avec une grosse salade. En plus, c’est très facile à faire, vous gagnerez du temps. Juste une salade composée avec des légumes de saison comme par exemple de la salade, de la mâche ou des endives, du chou-rouge cru, des carottes râpées, de la betterave, des pommes. Le tout accompagné de pain complet, idéalement au levain. On évite le pain blanc qui a un index glycémique élevé.

Aussi, la traditionnelle bûche de Noël peut être revisitée en bûche glacée avec une salade de fruits.

Bien manger, une question de volonté

Bien sûr, tout est question de volonté et c’est le plus important car finalement, on a le choix. Ce vous qui décidez de vous resservir ou pas, de prendre du fromage ou non, de piocher ou pas dans le paquet de chocolat. D’ailleurs, petite astuce pour le chocolat : si la volonté n’est pas au rendez-vous ou qu’il vous paraît difficile de refuser le chocolat que vous tend votre belle-mère : préférez le chocolat noir (à partir de 70 % de cacao) qui est moins riche en sucre que le chocolat au lait.

Et si on allait se promener ?

Il est aussi très important de sortir pour s’aérer, respirer et aller marcher. Ce sont souvent quelques jours pendant lesquels on ne fait rien à part manger, surtout que la nuit tombe vite. On se sent mou et fatigué, c’est une période éprouvante pour le corps. Alors il faut penser à aller faire une marche. Seul si on a envie de retrouver un peu de calme et de liberté car l’environnement est souvent bruyant comme il peut y avoir beaucoup d’enfants. Mais ce peut être à plusieurs aussi pour faire courir les enfants justement. En plus pendant cette sortie, on n’est pas tenté par un chocolat qui traîne et surtout, on va respirer de l’air frais et faire un peu d’activité physique.

Et si on anticipait les excès ?

Mangez végétarien les jours qui précèdent et qui suivent pour contrecarrer les excès et aider l’organisme à maintenir un bon équilibre acido-basique puisque la viande est acidifiante. La clé est de préparer des légumes et des crudités. On peut par exemple faire des bouillons de légumes et ne manger que ça sur une journée. Tout en apportant le moins de féculents possible.

Le matin, on peut jeûner et simplement boire une infusion avec des feuilles de menthe et un jus de citron frais pressé pour soutenir le foie. Il faut aussi bien s’hydrater, donc on pense à boire régulièrement de l’eau.

Une fois à nouveau chez soi dans son quotidien, on peut envisager de faire une à deux journées de monodiète. La monodiète consiste à ne manger qu’un seul aliment voire une seule famille d’aliments. Ce peut donc être une monodiète de pommes ou bien de fruits. A choisir d’agriculture biologique et de saison.

Un remède contre les excès

Si vous avez suivi mes conseils, les excès ne seront pas si importants, mais parfois lorsqu’on n’a plus l’habitude de manger beaucoup, il suffit d’un écart ou deux pour avoir mal au ventre.

En prévention, je conseille une cure d’une semaine d’une huile essentielle pendant la semaine de Noël pour soutenir nos organes digestifs qui sont beaucoup sollicités. Prendre une goutte d’essence de citron (citrus limon) ou de mandarine (citrus reticulata) dans une cuillère à café de miel ou d’huile végétale, tous les matins à jeun pendant 7 jours. Attention à ne pas prolonger l’usage des huiles essentielles en interne plus d’une semaine. Si vous sentez qu’il est nécessaire de faire une deuxième cure, alors il faut observer une période thérapeutique de 5 à 7 jours. Ces 2 essences ont peu de contre-indications et grâce au limonène contenu dans leurs zestes, elles protègent le foie et l’estomac et stimulent la vésicule biliaire. De plus, elles renforcent la vitalité donc un petit coup de pouce en cette période est bien utile.

En prévention aussi, sur le mois de décembre et pour soutenir le foie, on peut faire une cure de chardon-marie, de fumeterre ou d’artichaut. Préférez la teinture-mère, donc en extrait liquide, aux gélules. En revanche, elles contiennent un tout petit peu d’alcool dans lequel les plantes ont macéré.

Et puis pour soulager les lourdeurs digestives après les gros repas, donc plutôt en symptomatique, il y a le fameux citrate de bétaïne qui aide bien.

En conclusion, il est important de garder en tête qu’il n’y a pas de remède miracle. La meilleure solution est de rester raisonnable, et ce tout au long de l’année. Ce qui permet de profiter des repas festifs sans scrupule.


Les services proposés par Lor’ali, conseillère en nutrition :